Copyright 2019 - Custom text here

Vif succès du repas de l’amitié à Aix

 

Le repas de l’amitié, organisé par Gérard CURNIER, dynamique Secrétaire Départemental de Debout La France dans les Bouches du Rhône, a obtenu un vif succès ce samedi à l’auberge de La Calade à Aix-en-Provence. On aurait pu penser que le score plutôt médiocre de notre mouvement aux élections européennes avait découragé les militants et sympathisants et qu’un tel rassemblement était voué à l’échec. D’autant plus que se tenait en même temps à Yerres le Conseil National de Debout La France auquel participaient le Dr.Raoul Cayol, président d’honneur de DLF dans notre département et pionnier de notre mouvement, Me Gabriel Duplaix, conseiller national.

IMG 41747

IMG 41789

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eh bien, pas du tout. Une cinquantaine de convives étaient présents autour des tables, l’ambiance était très sympathique et une belle animation régnait parmi les convives dont certains sont venus des Hautes Alpes (Gap), des Alpes de Haute Provence (Manosque) et même, tenez-vous bien, de Charentes Maritimes. C’est Mme Denise DELMISSIER, déjà présente à notre méchoui de l’an dernier, qui nous a fait l’honneur et l’amitié de parcourir près de mille kilomètres aller-retour pour nous rejoindre et célébrer notre action en faveur de Nicolas Dupont-Aignan.

Jean-Marc CORTEGGIANI, Délégué de la 7ème Circonscription  de Debout La France dans les quartiers nord de Marseille et négociateur du mouvement pour les prochaines municipales, a fait le point avec chaque délégué car il y a quasiment autant de cas particuliers que de communes concernées en raison du score différent de chacune d’entre elles aux Européennes, de nos relations avec les maires en place, du caractère peu partisan et très personnel de l’élection municipale à venir et des tractations susceptibles d’amener des élus de Debout La France au sein des conseils municipaux. Les relations nouées avec tous les maires du département durant ses dix-huit ans de mandat par Jean-Marc CORTEGGIANI sont naturellement un atout exceptionnel pour Debout-La-France dans ce domaine très délicat de la construction et du « dosage idéal » des listes.

IMG 41815

Gérard CURNIER a souhaité la bienvenue à tous les convives et amis présents, il a dit son espoir de voir Nicolas Dupont-Aignan mieux entouré à Paris (et il semble que son souhait ait été entendu en haut lieu), puis il a approuvé une suggestion émise par José D’Arrigo : celle de nourrir d’ores et déjà un « programme commun pour la France » à partir des propositions des militants. Bien entendu, ce projet se fondera aussi sur les propositions de Nicolas Dupont-Aignan en 2017 car elles sont toujours valables et sur les leçons que nous avons pu tirer des mois de contestations des Gilets Jaunes. L’objectif, pardonnez ma franchise, c’est de surmonter la guerre des égos qui sévit au sommet des hiérarchies partisanes, et d’imposer, par la base, un programme commun qui symbolisera l’alliance de toutes les Droites, seule susceptible d’avoir une chance de l’emporter en 2022 et d’éviter un nouvel duel suicidaire Macron-Le Pen.

José D’ARRIGO s’est déclaré prêt à recueillir toutes les propositions des militants et sympathisants afin de constituer une « recollection d’idées » sur l’immigration, la sécurité, la justice, l’identité, la culture, l’économie, les finances, la fiscalité, la justice sociale, le sport, l’écologie, etc. Une fois constitué ce « programme commun des patriotes français » sera adressé à Nicolas Dupont-Aignan, mais aussi à Marion Maréchal, qui souhaite ardemment une union de toutes les franges de la Droite, à Marine Le Pen, à Jean-Frédéric Poisson (Parti Chrétien Démocrate), à Bruno North (CNIP), à Robert Ménard, Charles Gave, Emmanuelle Gave, Bernard Monot, bref tous ceux que nous avons superbement ignorés lors des élections européennes…

IMG 41856

IMG 42465

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme nos différences sont subsidiaires, ce corpus idéologique pourrait être accepté par tous nos chefs de partis, dans la mesure où ils ne se comportent plus comme des chefs de clans et qu’ils intègrent l’idée que le peuple français espère leur rapprochement depuis plus de quarante ans. Quant à l’ostracisme des médias et d’une partie de l’opinion vis-à-vis du Rassemblement national, il ne peut être contourné que par la création d’un vrai parti d’extrême droite, intitulé « Extrême Droite », qui se situerait à la Droite de Marine Le Pen et…la rendrait aussitôt fréquentable par ceux qui la vouent aujourd’hui aux gémonies. Ce subterfuge nous permettrait également de retrouver le slogan dont nous sommes si fiers à Debout La France : « ni système, ni extrêmes », « servir sans se servir ».

José D’ARRIGO

 Délégué de la 6eme circonscription des Bouches du Rhône et délégué à la communication.

                        __________________________________________________________

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Debout La France j'Adhére , Je fais un DON Cliquez ici
Toggle Bar

Recherche

f t g m